Le directeur de la bioéthique de l’Université d’Otago doit démissionner suite à un article discriminatoire sur le syndrome de Down

Saving Downs exige la démission du directeur de la bioéthique de l’Université d’Otago suite à la publication la semaine dernière d’un article très offensant et discriminatoire sur le dépistage prénatal du syndrome de Down.

Le professeur Jones reconnaît que “les tests prénatals peuvent entraîner une diminution du nombre de personnes atteintes du syndrome de Down” et tente ensuite de rejeter toute préoccupation éthique concernant un tel résultat. Une telle possibilité est extrêmement problématique car elle dévalorise la vie des personnes atteintes du syndrome de Down en réduisant leur prévalence à la naissance. Elle est en contradiction directe avec les principes fondamentaux des droits de l’homme et de la dignité.

Le professeur Jones déclare dans son article :

“Premièrement, nous apprécions une éthique qui souligne l’importance de” faire le plus de bien “. Pour ces motifs, nous acceptons que dans certains cas, les inconvénients perçus résultant d’une grossesse trisomique (pour l’enfant et la famille) puissent l’emporter sur le bien perçu de la vie de l’enfant.

Il est rapporté ici comme disant :

“Pour certaines familles, élever un enfant atteint du syndrome de Down sera extrêmement difficile, et c’est pour cette raison que nous permettons l’option de résiliation.”

Ces déclarations sont fausses. Les enfants trisomiques vivent bien et sont des membres aimés et appréciés de leur famille. Les concepts selon lesquels ils sont un «désavantage» ou «immensément difficile» sont des formes extrêmes de discrimination qui renforcent les stéréotypes négatifs à leur égard. Cela les expose à des attitudes néfastes, au sectarisme et aux préjugés. Le porte-parole de Saving Downs, Mike Sullivan, a déclaré: “Il n’y a pas de place pour de telles attitudes dans notre société”.

Le professeur Jones a des antécédents établis de langage discriminatoire. Dans cet article sur l’infanticide des nouveau-nés atteints du syndrome de Down, il y a des citations offensantes telles que « souffrant du syndrome de Down », « nourrissons avec des difformités » et « parents aux prises avec des enfants déformés ».

M. Sullivan a déclaré que « de telles attitudes sont extrêmement blessantes et fausses. Les personnes atteintes du syndrome de Down ne sont pas des difformités et elles ne sont pas des victimes. De tels concepts sont nocifs, discriminatoires, capables et eugéniques ». M. Sullivan appelle à la démission immédiate du professeur Jones, notant qu’«il a fait preuve d’une vision extrêmement discriminatoire à l’égard des personnes atteintes du syndrome de Down. De telles attitudes ne sont pas les bienvenues dans notre communauté et sont incompatibles avec un rôle universitaire de premier plan en matière de conduite éthique ».

En conclusion, M. Sullivan a déclaré que “les personnes atteintes du syndrome de Down doivent bénéficier du plein respect et de la reconnaissance des droits de l’homme qui sont accordés aux autres Néo-Zélandais”.

Ne rien manquer des dernières actualités santé !

Leave a Reply

Your email address will not be published.